Menu
ASFIYAHI RADIO ASFIYAHI RADIO

Asfiyahi TV Leeru Tivaouane

29 mars 1957 – 29 mars 2016: El Hadji Mansour SY (rta), cet « autre El Hadji Malick » !


Il y a 59 ans disparaissait EL HADJI MANSOUR SY MALICK (RTA) appelé affectueusement « BALKHAWMI » ou « SEYDOUL KHAWMI ». Cette évocation nous offre ainsi l’opportunité d’apporter un éclairage nouveau sur la vie de ce digne héritier de SEYDIL HADJI MALICK SY (RTA).

EL HADJI MANSOUR SY MALICK (RTA) est né avec le siècle, en 1901 à Tivaouane (et non en 1900) : il est né le 28 avril 1901 dans la nuit du dimanche au lundi, qui coïncide avec le 9ème jour du mois de Muharam (Tamkharite) 1319 de l’Hégire.
Il est le 3ème fils de SEYDIL HADJI MALICK SY (RTA). Pur produit de l’école de Maodo, il a fait toutes ses humanités auprès de son père. En effet, durant les 21 années qu’il vécut avec ce dernier, il ne s’en était jamais séparé, étant à son service de jour comme de nuit.

Très tôt, malgré son jeune âge, il assurait les correspondances de son père avec les érudits du monde entier.
A l’âge de 20 ans, c’est-à-dire un (1) an avant la disparition de celui-là, il reçut sa capacitation (lidjaza) des mains de son père, MAODO MALICK SY (RTA), en même temps que ses devanciers comme :

- Serigne Abdoul Faty NIANG (rta), son beau-frère et père de feu Serigne Bassirou NIANG (rta) ;
- Serigne Aliou BA (rta) de Ngoumba Ngéoul ;
- Cherif Mouhamed El Moukhtar (rta), un arrière-petit-fils de Cheikh Maouloud Fall (rta) surnommé « Abou Souhoud » (l’étoile polaire) par CHEIKHNA AHMED TIJANI CHERIF (RTA).

C’est ce dernier que SEYDIL HADJI MALICK SY (RTA), malade et alité, avait envoyé, en 1921, auprès de Mouhamed Fall surnommé « Bah », frère de Tijani B. Baaba, l’auteur de « Mounyatoul Mourid », un maître d’origine mauritanienne, pour l’obtention d’une « idjaza » avec possibilité de nommer quatre (4) moukhadams.



29 mars 1957 – 29 mars 2016: El Hadji Mansour SY (rta), cet « autre El Hadji Malick » !
A l’âge de 44 ans, il effectua le pèlerinage à la Mecque (1363 Hégire). C’était sur instruction de son honorable grand-frère et « maître » CHEIKHAL KHALIFA ABABACAR SY (RTA) qui avait accordé une suite favorable à la demande des autorités coloniales aux fins de procéder à des prières aux lieux saints de l’Islam pour la fin de la seconde Guerre Mondiale. Il prit l’avion à l’aller !

C’est avec lui que nous avons appris qu’il n’est pas recommandé de pratiquer les prières obligatoires dans un avion en plein vol. C’est l’une des raisons pour laquelle, au retour, il délaissa l’avion au profit du bateau.

Sur le chemin du retour, il effectua une escale au Maroc. Il devait y rencontrer Mouhamed Nazifi (rta), un grand moukhadam de SIDINA CHEIKH (RTA), auteur de « Dourratoul Kharida ». Ce dernier entretenait une correspondance régulière avec Seydil Hadji Malick SY (rta) de son vivant. Ce saint homme devenu aveugle du fait de son âge très avancé, avait compris, dès que Seydoul Khawmi avait commencé à s’exprimer en arabe dans un registre d’une rare maîtrise, que c’était lui qui écrivait les lettres que le Sage de Tivaouane lui envoyait.

EL HADJI MANSOUR SY MALICK (RTA) était le modérateur de la famille de SEYDIL HADJI MALICK SY (RTA) du fait des nobles qualités qu’il avait acquises de par la proximité de son père.

CHEIKHAL KHALIFA ABABACAR SY (RTA) le considérait comme « l’Inspecteur de la Tarikha » et l’envoyait auprès des différents « moukhadams » à travers tout le pays. Il était souvent accompagné dans son périple par Mouhamed Ahmed Alem – Que DIEU lui accorde une longue vie et une bonne santé -, le fils aîné et khalife de Cherif Mouhamed El Moukhtar (rta).



29 mars 1957 – 29 mars 2016: El Hadji Mansour SY (rta), cet « autre El Hadji Malick » !
EL HADJI MANSOUR SY MALICK (RTA), quant à lui, considérait CHEIKHAL KHALIFA (RTA), non comme son grand-frère, mais comme son « maître » dans le vrai sens du terme. En effet, qui ne se souvient pas de ce célèbre poème que Balkhawni avait rédigé à l’endroit de celui-ci, ce premier vendredi du « Khilafat » de Serigne Babacar, quand un Cherif mauritanien qui était venu présenter ses condoléances à la suite du rappel à Dieu de Maodo Malick SY (rta), avait voulu diriger la prière du vendredi dans la grande mosquée de Tivaouane ?

SERIGNE BABACAR SY (RTA) l’avait fait descendre du minbar et avait demandé à l’Imam ratib, Serigne Atoumane Ndiaye (rta), de reprendre le sermon et de diriger la prière.

SEYDOUL KHAWMI bénéficiait de la confiance totale de CHEIKHAL KHALIFA (RTA) qui le considérait également comme son « bras droit » ! C’est cette confiance qui justifie, entre autres, qu’EL HADJI MANSOUR SY MALICK (RTA), sur instruction de ce dernier, avait dirigé, malgré la présence de Thierno Seydou, la délégation qui devait effectuer la visite de tous les « moukhadams » du Sénégal et de la Gambie, lors de la venue au Sénégal de Sidi Ben Ammar, cet arrière-petit-fils du fondateur de la noble Voie tijane, en 1948 !

Lors de la première visite, en 1947, de Sidi Tayyib, un autre arrière-petit-fils du fondateur de la Voie, la délégation était dirigée par Thierno Seydou Nourou TALL (rta), petit-fils d’EL HADJI OMAR FOUTIYOU TALL (RTA) et disciple du Sage de Tivaouane.

C’est la même confiance qui avait amené SERIGNE BABACAR SY (RTA) à confier l’éducation de son premier fils, SERIGNE MOUSTAPHA SY JAMIL (RTA) à EL HADJI MANSOUR SY MALICK (RTA). Ce dernier l’installa à Dakar !

C’est ce qui explique, en partie, que Serigne Mansour SY Jamil, fils aîné de Serigne Moustapha SY Jamil et président du Mouvement Citoyen pour la Refondation nationale du Sénégal/BËS DU NAKK, porte le nom de son grand-oncle El Hadji Mansour SY Malick et non celui de son oncle Serigne Mansour SY Borom Darayi (rta) !



29 mars 1957 – 29 mars 2016: El Hadji Mansour SY (rta), cet « autre El Hadji Malick » !
EL HADJI MANSOUR SY MALICK (RTA) disparut, à l’âge de 57 ans, le vendredi 29 mars 1957 (27 Shahban 1376 de l’Hégire), soit quatre (4) jours après le rappel à DIEU de CHEIKHAL KHALIFA (RTA).

En réalité, il avait renoncé au « khilafat » de son père au profit de son noble frère cadet, MAWLANA ABDOUL AZIZ SY DABAKH (RTA), le Pacificateur !

L’intronisation avait eu lieu juste avant la prière du vendredi !

SEYDOUL KHAWMI est allé rejoindre son Seigneur le même jour juste à la fin de la wazifa du soir ! Il est enterré à côté de son père, dans le même carré, confirmant ainsi le témoignage que fit sur lui Serigne Ahmadou DEME (rta) de Sokone, le lendemain de son enterrement !

Serigne Ahmadou DEME rapportait une conversation qu’il avait eue avec El Hadji Mansour SY Malick, de son vivant, et dans laquelle ce dernier lui affirmait qu’il était la « copie conforme » – on aurait dit aujourd’hui le « clone » - de Seydil Hadji Malick SY !

Serigne Ahmadou DEME est un grand Moukhadam de la Tijaniya. Il est l’auteur du célèbre « Diyaou Niyaraïna » (l’Eclat des deux Lumières), une exégèse du Coran, ainsi que de l’opuscule intitulé « Questions et réponses sur la Tarikha Tijane », dans lequel les questions sont posées par lui-même, Serigne Ahmadou DEME, et les réponses apportées par Seydil Hdji Malick SY (rta).

En conclusion, il faut retenir qu’EL HADJI MANSOUR SY MALICK (RTA) est le fidèle, l’inséparable compagnon de son noble père dans la vie comme dans la mort !


Cheikh Tidiane CAMARA
Colonel des Douanes en retraite




Asfiyahi.TV, la suite logique de Asfiyahi.Org

Pionnier de l'information en continu sur l'Islam et la Tidjaniyya au Sénégal, particulièrement la Hadara Malikia de Tivaouane, Asfiyahi edité par le Studio PiccMi, après sept (7) ans de présence web et de production de contenu de qualité à travers son portail www.asfiyahi.org, lance officiellement sa chaine de télévision et de radio ASFIYAHI TV et FM, afin de répondre aux nouveaux défis du numérique, et faire de ses millions de lecteurs, des millions de téléspectateurs et d'auditeurs. 

Facebook
YouTube
Twitter
Mobile